User login

Powered by Drupal, an open source content management system

Epilogue twice

Perdu toute conviction, tout espoir, je n’ai plus la force de me lever. Et pourtant… Tout ce en quoi je croyais s’est effondré comme un château de cartes. Aussi rapide qu’un souffle éteignant la flamme d’une bougie ; toute cette montagne de certitudes s’est écroulée, plus désastreuse qu’une avalanche… Je n’ai plus la force de me lever. Fixant le vide, planant dans le néant le plus absolu, comme morte, je reste étendue sur ce lit qui un jour m’avait paru le bon et qui aujourd’hui m’est si inconfortable.

Lorsque tout s’est abattu autour de moi, j’avais l’impression d’être la seule survivante à ce chaos, et qui dit unique dit héro non ? C’est pourquoi malgré cette déchéance, je ne m’étais pas laissée anéantir pour autant, et une puissance que j’ignorais posséder au fond de moi s’était réveillée afin de me remonter à la surface de ce profond et sombre gouffre… Cependant lutter pour recouvrer ce monde dans lequel je vivais si bien a fini par m’épuiser et j’en suis venue à sombrer malgré mes idéaux pourtant si convaincants. Même mon corps me dégoûte… Je ne suis qu’une poupée parmi tant d’autres, dominée par des pulsions et marionnette de Big Brother.

Qu’est-ce qu’il y a après la vie ? Après la mort ? Est-ce éternel ou renaîtrons un jour ? Pourquoi travailler toute notre vie sans en voir le bout ? Pourquoi nous entretuer alors que nous sommes tous égaux ? Pourquoi tant de sang sur les murs, tant d’os sous la terre, tant de restes éparpillés tout autour de nous ?

J’ai arrêté de me préoccuper des heures affalée sur ce maudit lit qui je le sais sera mon lit de mort. Le temps nous est tous compté…
Pourquoi cette haine dévastatrice responsable du pire ? Pourquoi agissons-nous les uns contre les autres plutôt que de d’aider et aimer son prochain ?

Pourquoi vouloir tout posséder et devenir le seigneur de la Terre ?

Régner, écraser son voisin est-ce si important ?

Aujourd’hui ce sont les conséquences de tels actes de dépravation que nous subissons…

La réalité est qu’il faut rester ouvert à toute possibilité, ne pas s’accrocher qu’à une seule vérité… La vie ne tient qu’à un fil, si fragile dans un monde si hostile.

Et lorsque vous perdez tout ce en quoi vous aviez foi, alors il ne vous reste plus rien… Cependant il nous faut alors reconstruire ce qui vient d’être détruit. Tous ensemble, comme une grande famille, une union mondiale. L’égoïsme ne mène et n’a jamais mené à rien. Oublions notre alter ego ; « je suis » se réfère au monde, non à l’individu.